Bienvenue

            Pape 1                                                         

 

 

                                                                 Logo diocese metz 2016 couleur 1 1                                                  

 
 
         
Paroisses d'Augny/Coin-les-Cuvry/Cuvry/Fleury/Magny/Marly/Pouilly
 permanence au presbytère de Marly, le mardi et le jeudi de 16h à 18h et le samedi à partir de 11h00 

 

 

Site2016 4

 

 

Bonjour à tous,

 Vous êtes sur le site des communautés de paroisses Saint Jacques en Grande Seille et Saint Vincent de Paul... Son but est de vous transmettre les informations utiles pour connaître la vie des deux communautés qui viennent de se regrouper et y participer. Vous y trouverez donc les dates des cérémonies, un agenda des différents événements, des articles de fond, des liens avec d'autres sites, etc...
Ce site vous appartient, dites nous ce que vous en pensez et aidez nous à le faire évoluer.
 
Saint Jacques en Grande Seille et Saint Vincent de Paul regroupent 5 paroisses autour de 7 clochers :
 
   - Saint Jean Baptiste d'Augny
   - Saint Barthélémy de Coin-les-Cuvry
   - Saint Martin de Cuvry
   - Notre Dame de la Nativité de Fleury
   - Saint Martin de Magny   - Saint Brice de Marly 

 

   - Saint Rémy de Pouilly
                                             

 

 

Dimanche de la Miséricorde

23 avril 2017

                      

 Dans un monde qui change, retrouver le sens du politique (2/2)

 

 

  1. Un contrat social à repenser

 

Soulignons une grande déception par rapport à l’Etat providence. L’insécurité sociétale est réelle et engendre des initiatives comme les voisins vigilants, les caméras de surveillance… pour suppléer aux déficiences de l’Etat en matière de sécurité. Le terrorisme accentue le sentiment de vulnérabilité. Dans la vie quotidienne, le travail n’est plus aussi protecteur que dans le passé. Le chômage frappe à l’improviste. L’injustice se fait de plus en plus sentir lorsque l’on perçoit un salaire indécent, lorsque la vie est déstructurée par le rythme, les fréquences liés au travail, lorsque la mondialisation relativise l’impact de notre investissement ici et maintenant. L’insécurité est renforcée par ce que l’on dit ou ce que l’on perçoit des flux migratoires, de l’islam, du terrorisme… La solution à ces maux se situe davantage dans le FAIRE AVEC que dans le FAIRE POUR. Un contrat social auquel tous sont associés doit viabiliser notre avenir commun.

Conviction : réintégrer dans la communauté nationale et citoyenne ceux qui, silencieusement et loin des regards, en sont peu à peu écartés, est le combat quotidien de beaucoup d’associations chrétiennes ou non.

5. Différence culturelle et intégration

Le risque est de n’appréhender les questions légitimes de sécurité qu’à travers un prisme culturel. Incivisme, violence, communautarisme… tous ces éléments se confondent dans le visage de l’étranger.

Conviction : Il devient dès lors plus difficile de définir clairement ce que c’est d’être citoyen français et il faut donc promouvoir d’être ensemble qui fasse sens.

 

6. L’éducation face à des identités fragiles et revendiquées

Il demeure important d’ouvrir à l’universel. Quelles sont les valeurs qui m’ont façonnées et qui comptent pour moi ? Le défi est celui de l’intégration et nous pouvons nous interroger sur le fait que l’intégration ne se fait pas…  La culture est ce par quoi l’homme devient plus homme affirmait Jean Paul II (à l’Unesco, 02 juin 1980)

Conviction : plus que d’armure, c’est de charpente que nos contemporains ont besoin pour vivre dans le monde d’aujourd’hui.

7. La question du sens

Il ne s’agit pas d’une affaire de rustines… Comment faire émerger un « nous » qui ne soit pas une addition de cas particulier. Dans notre société marquée par l’hyperconsommation, le sens du partage existe.  La pénurie conduit à faire des économies, à une limitation, à une régulation des biens pour une répartition équitable… Elle engendre aussi de la violence, de la convoitise. Actuellement, il y a un appel à lutter contre le gaspillage

En novembre dernier, le congrès du MCC portait sur ce thème et sur notre aptitude à mettre l’homme au cœur du mouvement… Pensons au travail d’Harmut Rosa et à sa réflexion sur le temps instrumentalisé, compressé pour une accélération au détriment vraisemblablement d’un gain à moyen ou à long terme.

Conviction : Qu’est-ce qui fait qu’une vie mérite d’être donnée aujourd’hui ? Pour quoi suis-je prêt à donner ma vie aujourd’hui ? Il faut consentir à inscrire son action dans le temps long.

8. La crise de la parole

Nous assistons à une crise de la parole politique. Trop souvent, le silence engendre la violence. Nous savons qu’il faut parfois mettre des mots sur les maux, mais nous constatons aussi que certains secrets de famille, d’église, de société, sont des bombes à retardement… La culture du débat ne va pas de soi. Un débat s’appuie des règles communes, sur une vision anthropologique commune.

La société est devenue fragile et dure d’oreille. Nous ne sommes pas toujours prêts à tout entendre. Il y a ainsi une culture du compromis qui ne fait pas d’heureux.

Conviction : Tout ce qui pervertit la parole, le mensonge, la corruption, les promesses non-tenues ont des conséquences très lourdes

9. Pour une juste compréhension de la laïcité

Le fait religieux peine à trouver sa place comme s’il était un élément défavorable à la bonne santé du corps social. Expulser le religieux de la sphère sociale engendre le communautarisme.

Conviction : La laïcité de l’Etat est un cadre juridique qui doit permettre à tous, croyants de toutes religions et non-croyants de vivre ensemble.

(suite et fin au dos)

10. Un pays en attente de tant de possibles

Nous voyons ici et là des personnes en attente, non pas d’un président providentiel, mais en attente d’initiatives qui ont du sens…  Les veilleurs, Les cercles de silence, Nuit debout… ou encore Coexister… seul, on ne peut pas s’en sortir. C’est seulement en cherchant comment prendre soin les uns des autres qu’une issue est imaginable… Plus que jamais le plus petit engagement est une promesse d’avenir. Il faut reprendre le temps de la parole et de l’écoute afin que le dernier mot ne soit pas réservé à la violence.

Conviction : les enjeux écologiques et environnementaux sont en train de transformer en profondeur nos conceptions de la vie en société, et nous tournent vers des attitudes de simplicité, de sobriété et de partage.

 

Conclusion

Ne pas désespérer : il y a beaucoup de richesse cachée dans les cœurs et de l’espoir qui vient de l’action de beaucoup.

Chacun à son niveau est responsable de la vie et de l’avenir de notre société. Cela demandera toujours courage et audace. Des qualités qui n’ont jamais déserté le cœur de notre pays.

L’avenir n’est pas une réponse aux questions du passé, mais une capacité à accueillir la parole d’autrui, les promesses qu’il offre à celles et ceux avec lesquels il vit.

 

Vous êtes le 19817ème visiteur